Le Sceau de l'Ange

Le forum du Sceau de l'Ange
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Ecriture

Aller en bas 
AuteurMessage
analya

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 03/04/2008
Age : 25

MessageSujet: L'Ecriture   Dim 6 Avr - 14:38

Ma passion à moi et bien c'est...l'écriture. J'aime raconter des histoires sur papier, armée de ma plume et lancée par mon imagination parfois un peu trop débordante ^ ^'.
Je participe actuellement à un recueil de nouvelles qui sera publié sur www.manuscrit.com . J'écris des histoires depuis que je sais me servir de mon crayon, je donne vie à mes personnages et à mes paysages en les dessinant. Je bosse sur un projet de roman depuis plusieurs années, si vous souhaitez que je vous poste un ou deux écrits dîtes le moi . Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-de-leia.over-blog.fr/
Shinai
Scénariste
avatar

Messages : 1813
Date d'inscription : 30/03/2008
Age : 36
Localisation : Au Paradis

MessageSujet: Re: L'Ecriture   Dim 6 Avr - 15:09

Oh oui j'aimerais bien lire ce que t'écris!!! Very Happy
Moi en fait c'est pas l'écriture que j'aime mais imaginer des histoires!!! Neutral Je crois que je suis plutôt nulle pour écrire XD j'ai une façon d'écrire assez simpliste et j'ai souvent du mal à exprimer correctement ce que je veux dire!!! Suspect Je crois que je pourrais jamais écrire une nouvelle ou autre!!! XD
Du coup la BD c'est pratique, à part les dialogues le reste a pas besoin d'être écrit super bien!!! Laughing
En tout cas j'ai hâte de lire ce que tu fais!!! Wink

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shinwin.over-blog.com/
analya

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 03/04/2008
Age : 25

MessageSujet: Re: L'Ecriture   Dim 6 Avr - 16:05

Voila le début du roman sur lequel je bosse, ce n'est que le prologue mais si tu veux la suite après avoir lu ça dit le moi et je la mettrais ^^

LibraQuast’ s Gardens

Prologue

Le moine traversa en silence le long couloir qui menait à l’Arche, un léger tremblement agitait ses membres. Sa capuche rabattue sur sa tête ne laissait qu’entrevoir deux pupilles grises, si pâles qu’on l’aurait cru aveugle.
Il s’arrêta devant une immense porte en bois de frêne, les tremblements qui le parcouraient semblèrent redoubler. L’espace d’un instant sa main disparut dans un plis de sa cape pour réapparaître, une longue chaîne pendante entre les doigts osseux. Le pendentif qu’elle retenait représentait une étoile à cinq branches sertie d’une aigue-marine scultée en forme de tête de lion.
Il passa le bijoux autour son cou, retira d’un geste vif son capuchon et épongea son front luisant de sueur.
Nul doute que cet homme avait peur.
Il se passa nerveusement la main sur son crâne chauve, comme s’il espérait y sentir des cheveux. Ses doigts arrivèrent sur sa nuque et effleurèrent le tatouage qui s’y trouvait. Le même dessin que le pendentif.
Le prêtre retira sa main et l’avança pour toquer trois coups.
La réponse ne se fit pas attendre, les lourdes portes hautes de trois mètres s’ouvrirent lentement à l’unisson pour laisser passer le moine. Celui ci parut hésiter quelques instants, mais la voix qui retentit à l’intérieur de la salle sembla saper tous ses espoirs de rebrousser chemin.
-Frère Sonac, entrez donc. Fit la voix.
Ainsi le dénommé Sonac entra.
A l’intérieur se dressaient neuf piliers de pierre noire. Le sol et les murs étaient en jade et chacun de ses pas résonnait durant plusieurs minutes, brisant le silence écrasant.
Sonac jeta un coup d’œil sur les côtés de la salle et aperçut plusieurs personnes, des serviteurs pour la plupart, aux regards teintés de moquerie et de curiosité rivés sur lui. Il rougit malgré lui et continua son chemin jusqu’à l’homme qui l’avait appelé. Celui ci se tenait au centre des piliers, les mains posées sur les accoudoirs d’un trône fait d’ossements et d’une pierre d’un rouge étrange qui ressemblait fort à du sang séché. Sonac se garda bien de poser la question, il savait que la moindre faute pouvait lui coûter bien plus qu’une simple réprimande.
Arrivé enfin à quelques mètres du monarque, Sonac posa un genou à terre et baissa la tête. Il sentait la sueur dégouliner le long de sa colonne vertébrale, ses jambes étaient prises de tremblements qu’il ne parvenait plus à contrôler. Il pria en son fort intérieur pour que le roi qui se tenait devant lui ne remarque pas la lueur de peur dans ses prunelles.
-Frère Sonac, nous attendions ta venue pour commencer le conseil, mais tu es en retard.
-Ô puissant Seigneur de LibraQuast, je m’en excuse et vous prit humblement de me pardonner cette faute. Cela ne se reproduira plus.
Sonac frissonna lorsqu’il sentit le regard du seigneur noir se poser sur le tatouage de sa nuque. Il sentait le mal qui rongeait le souverain, le commandant des forces du mal ne lui inspirait que dégoûts et répugnances. Sa chair pourrie nourrissait asticots et verres, araignées et autres insectes putrides. Même à six mètres de distances il pouvait voir les créatures rampées sur ses vêtements, sur ses cheveux, partout où les petites bêtes pouvaient se loger.
Sonac fut prit de nausée et sentit le goût âcre du vomi dans sa bouche. Il aurait voulu se lever d’un bond et s’enfuir le plus loin possible. Au dernier instant il se reprit. Il ne devait pas gâcher sa seule chance de voir un jour le bien triompher, l’Ordre avait usé de tant de ruses et de pouvoir pour faire entrer un espion au sein du mal. Non, pensa t’il, je ne dois faillir à ma mission.
-Tu es pardonné. Lâcha enfin le roi après l’avoir observé longuement. Va désormais prendre ta place parmi mes conseillers.
Sonac soupira intérieurement de soulagement. Le premier test était passé, il faisait maintenant officiellement partit du conseil. Mais une question restait ancrée à son esprit : pourrait il résisté au force du mal ? L’endroit en était imprégné, il allait passé tellement de temps ici, pourrait il ne pas céder au pouvoir maléfique qui vivait en ces lieux malsains ? Sonac espérait de toutes ses forces que oui, mais il ne pouvait en être totalement sûr. Il se rappela alors les paroles de son précepteur : « les forces du mal te promettront la facilité, elles te chuchoteront la nuit à l’oreille des paroles douces pour mieux te duper. En aucun cas tu ne devras leurs céder. Rends ton cœur et ta volonté aussi dur que l’acier dans lequel nous forgeons nos armes, affûtes ton esprit pour en faire une lame aussi tranchante que le fil des épées elfiques, aucun mot ne doit pouvoir t’atteindre ». Ce jour là il avait prêté serment à son vieux maîtres de devenir tel qu’il le souhaitait, tranchant, inflexible.
Tandis qu’il s’approchait des piliers Sonac se rendit compte qu’il s’agissait en fait d’estrades dans lesquelles se tenaient les autres conseillers. Son cœur s’emballa, l’une d’entre elle était pour lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-de-leia.over-blog.fr/
L*******
Fan n°1 de Winry
avatar

Messages : 963
Date d'inscription : 06/04/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: L'Ecriture   Dim 6 Avr - 16:29

je trouve ca trés bien écrit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinai
Scénariste
avatar

Messages : 1813
Date d'inscription : 30/03/2008
Age : 36
Localisation : Au Paradis

MessageSujet: Re: L'Ecriture   Dim 6 Avr - 22:55

Ouah c'est trop bien ce que t'écris j'adore!!! Shocked
Question: ton roman il est de quel genre??? À lire le prologue on dirait trop de l'Heroic Fantasy comme les romans de Lancedragon et des Royaumes Oubliés!!! Very Happy
Si c'est ça je veux trop la suite parce que j'adore ça!!! *__________* Very Happy

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shinwin.over-blog.com/
analya

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 03/04/2008
Age : 25

MessageSujet: Re: L'Ecriture   Lun 7 Avr - 9:57

J'écris principalement de l'héroic fantasy, mais je peux aussi écrire du policier ou de la romance. ça dépend de mon humeur ^^

Bon, je vous mets le chapitre 1 :

Chapitre 1
Premiers regards


Il n’y avait pas de sable sur les côtes d’ Elevaan.
La mer se jetait contre un falaise. La lande brune parsemée de rocher anguleux s’arrêtait brutalement, à pic, pour faire place au bleu de l’océan. Les vagues se jetaient contre cette paroi, où elles se brisaient en écume bouillonnante.
Assise au bord du précipice, une fillette regardait la mer en fredonnant. Elle ne devait pas avoir plus de dix ans et ses yeux d’un noir d’encre semblaient remplis de malices et de fourberies.
-Tu crois sans doute que je ne t’ai pas vu, Axel ? Lâcha t-elle au bout de quelques instant.
Elle se leva et se retourna pour faire face à l’homme qui l’observait, à quelques mètres derrière elle. Son visage enfantin se tordit en un rictus méprisant avant qu’elle ne s’exclame :
-Si c’est papa qui t’as envoyé tu peux allé lui dire que je n’ai pas l’intention de rentrer !
Et elle ajouta d’un air sournois :
-Ah moins bien sûr, qu’il m’en donne un autre. Mais j’aimais tellement celui d’avant.
-Mlle …Mlle. Bafouilla t-il. Je…
Mais il n’eut point le temps de finir sa phrase.
-Ce n’est pas grave, tu feras très bien l’affaire. Le coupa t-elle. Je dirais à papa qu’il se trouve un autre humain. Ça lui apprendra à me voler mon jouet.
L’homme devint livide, de la sueur perla à son front et son corps fut parcourut de tremblements violents.
-Mlle, non. Je vous en supplies. Implora t-il d’une petite voix apeurée.
Un sourire cruel et inhumain apparut sur le visage de l’enfant.
-Tu m’imploreras plus tard, si tu survis. Pour l’instant je veux joué !! S’écria t-elle.
-Non !! Je vous en conjures, épargnez moi !
-T’épargner ? Je n’ai aucune idée de ce que signifie ce mot.
Elle leva une main. Et c’est tout.
Son rire démentiel et extatique fut recouvert par le hurlement de douleur de sa victime.
(‘-‘) (-_-) (^_^) (‘.‘) o(^_^)o
C’était un après-midi comme les précédents, à la différence peut-être que le soleil avait décidé de frapper plus fort et de laisser au loin la place pour quelques nuages.
Un jeune garçon déambulait parmi les marchands et les étalages ; observant silencieusement de ses grands yeux noirs les étals. Ses longues mèches de cheveux noirs qui encadraient gracieusement son visage ovale, ses lèvres pleines et son corps aux allures élancées lui donnaient un air vaguement androgyne. Il portait une tunique grise élimée retenue à ses hanches fines par une cordelette de cuir, à laquelle était accrochée deux grosses sacoches et l’étui d’une dague.
Cela faisait au moins une heure qu’il rodait dans le coin, l’homme qui était _depuis quelques instant _ attablé à la terrasse d’une auberge, l’avait remarqué. Il n’était pas mercenaire pour rien et doutait fort que ce garçon ne soit qu’un simple passant. Mais plutôt un habile voleur, car en une heure, il avait déjà subtilisé, sans que personne ne s’en rende compte, plus d’une dizaine d’objets. Seul le mercenaire avait remarqué ce rapide mouvement du poignet, et observait tranquillement le manège de l’adolescent depuis maintenant un certain temps. Celui ci n’avait encore pas vu qu’il avait été percé à jour et continuait son chapardage sans se soucier du reste.
D’ailleurs il n’avait pas grand chose à craindre de l’homme, car il n’avait nullement l’intention de le dénoncer. Avant son arrivée en ville, le soldat avait entendu parler de ces enfants des rues, volant pour survivre et qui, pour la plupart, finissaient au Bergne ; cet épouvantable endroit où l’on pouvait trouvé de tout en toute légalité, drogues, esclaves…etc Tôt ou tard l’adolescent y échouerait, lui aussi.
Le mercenaire frissonna et éprouva un élan de compassion pour ce jeune brigand. Lui qui cherchait justement un disciple … Allons bon. C’est un guerrier que je cherche, pas un voleur. Se reprit il, et il chassa rapidement cette pensée de son esprit. Il se surprit pourtant à détailler le garçon. De puissants muscles se cachaient sous ce corps svelte et cet air frêle. Il possédait sans aucun doute une bonne dose de malice et était rapide.
Puis l'homme porta son regard sur le reste de la foule et s’aperçut très vite que plusieurs marchands commençaient à se rendre compte du vol.
-Au voleur ! Au voleur ! Le cris avait fusé d’un commerçant de bijoux.
Il fut aussitôt reprit par ses voisins, et enfin par tout les forains.
L’homme ramena son regard là où l’adolescent s’était tenu quelques secondes plus tôt. Il avait déjà disparut.
Le mercenaire soupira, vida d’un trait sa choppe de bière et laissa tomber sur la table quelques pièces de bronze.
Puis il se leva et retourna dans la chambre qu’il avait réservé dans l’après midi…
***
L’adolescent courait le long des rues depuis un quart d’heure déjà lorsqu’il s’arrêta devant un vieil entrepôt, haletant, le souffle court. Une pancarte danger interdit d’entrer était placardée sur l’entrée, il l’arracha sans effort et poussa la porte d’un coup de pied avant d’entrer. L’endroit était poussiéreux, des centaines de caisses étaient entassées dans le fond, elles y étaient certainement depuis des années et personne n’était jamais venue les réclamer. Pourtant, les ampoules aux murs et au plafond étaient allumées.
-T' es en retard. Fit une voix.
Le garçon se tourna vers la droite et se retrouva face à un petit garçon d’à peine huit ans, assis sur une des caisses, à côté d’une fenêtre.
-Tu as ce que je voulais au moins ?
-Evidemment. Répondit l’adolescent.
Il porta la mains à ses sacoches et en retira un petit objet circulaire qui ressemblait fortement à une loupe. Il le fit tourner plusieurs fois dans sa main avant de le lancer à son compagnon.
-Attrape !
-Génial ! Merci, Nini. On ne t’as pas suivi j’espère ?
-Rassure toi, personne ne m’a vus.
Le dénommé Nianil, de surnom Nini, ramassa une barre de ferraille et entreprit d’ouvrir une des caisses près du gamin.
-Sinon t’as quoi d’autre ?
-Oh ! Plein de choses ; il y avait plus de monde aujourd’hui. Répondit Nianil dans un souffle, ayant apparemment quelques difficulté pour ouvrir la caisse.
-Je peux voir ? Demanda le garçon d’une petite voix suppliante.
-Vas y.
D’un bond, l’enfant sauta de la caisse, prit les sacoches que Nianil avait posé à terre et les vida sur le sol. Il poussa un cris d’émerveillement en voyant qu’il y avait là de quoi nourrir quatre personne.
-C’est super ! Tu as pris un pampoufle !
Il prit le fruit en question, sortit d’une de ses poches un petit couteau et le découpa en fines rondelles. A l’extérieur, l’aliment était entièrement recouvert d’une coquille légèrement rosée recouverte de duvet, l’intérieur, lui, était orange vif et semblait juteux et mûr à point.
Il croqua avidement dans un des morceaux et savoura pleinement la saveur du fruit. Effectivement, celui ci était parfaitement mûr.
-Tu sais les choisir en plus ! Qu’est ce qu’il est bon …
Il continua de mastiquer tandis que Nianil terminait l’ouverture du cageot. Il y trouva plusieurs cordes et autres matériaux de construction tel que des briques et des carreaux de fenêtre.
-Et tu comptes faire quoi avec ça ?
-Jack, réfléchit donc cinq minutes. On va les vendre !
-Les vendre ? Parce que tu crois qu’on va réussir à vendre des carreaux de fenêtre, la plupart sont cassés en plus. Regarde.
L’enfant en prit un, le sortit de la caisse et lui montra une fissure qui ne tarderait pas à briser en deux le verre. Il y en avait plusieurs autres sur le reste des carreaux.
L’adolescent soupira de mécontentement et grogna :
-Espèce de rabat-joie.
-Ah ha ! Pour une fois que j’ai raison, tu ne vas pas faire ton ronchon ! S’écria Jack, et il rajouta d’une petite voix : D’habitude j’ai tout le temps tort.
-Et bien y’a pas de quoi fanfaronner.
Les joues de l’enfant s’empourprèrent, il poussa un petit cris et se jeta sur l’adolescent … qui l’évita d’un pas sur le côté et accompagna la chute de son ami par un croche patte qui le fit rouler bouler.
-Petit crétin.
-Imbécile ! Tu profites que t’es grand pour me faire mal !
-N’importe quoi ! C’est toi qui m’a sauté dessus.
Ils continuèrent de se chamailler durant encore quelques minutes, jusqu’à ce qu’une troisième voix retentisse dans l’entrepôt :
-Et bien, on dirait qu’on arrive en pleine scène de ménage.
Les deux chahuteurs stoppèrent immédiatement leur bataille pour se retourner vers celui qui avait parlé.
Une troupe d’homme se tenait dans l’embrasure de la porte, le fusil aux mains. Nianil connaissait leurs noms par cœur, souvent il les voyait, dans ses pires cauchemars, dans les rues, partout…
-Les vendeurs d’esclaves … Chuchota l’adolescent du bout des lèvres.

Le soldat poussa la porte de sa chambre et alla s’assoire vers la fenêtre. De là, il avait une vue sur l’ensemble de la place. Il resta là plusieurs minutes, à observer l’agitation. Puis, ne sachant quoi faire, il prit son épée et tenta de l’affûter. La lame était usée et râpée, l’affûter ne changerait peut être pas grand chose, mais en tout cas ça ne pouvait pas lui faire de mal. Durant une dizaine de minutes, il s’attela à sa tâche avec ardeur, c’était pour lui comme s’occuper d’une vieille amie. Il avait fait tant de chemin en sa compagnie, désormais il s’attardait de plus en plus devant les stands d’armes, pensant bientôt la remplacer. De temps en temps il jetait un coup par la fenêtre, surveillant la place. Guettant quoi ? Lui même l’ignorait. Jusqu’à ce que son regard soi soudain attiré par un brusque mouvement vers la droite. Un petit garçon venait de surgir d’une des ruelles, courant à perdre haleine, la visage en larme, paniqué, et la chemise tâchée de sang. Une pointe de curiosité se fraya un passage dans l’esprit du mercenaire. Il la chassa rapidement et se remit à aiguiser sa lame. Rien de plus qu’un autre gosse de rue. Malgré cela, il continua d’observer du coin de l’œil l’enfant. Son estomac se tordit lorsqu’il se força à ne plus le regarder. Ignorer les gens dans le besoin n’était pas dans sa nature. Mais s’il se levait pour venir en aide au petit garçon, qui sait dans quoi il se fourrerait ?…
Il se maudit mille fois lorsqu’il sentit ses jambes se levées et le conduire vers la sortie. Quelque chose lui disait que s’il n’aidait pas l’enfant, cela entraînerait de graves conséquences.
Il prit au passage son épée qu’il accrocha à sa ceinture et alla à la rencontre du garçon…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-de-leia.over-blog.fr/
Shinai
Scénariste
avatar

Messages : 1813
Date d'inscription : 30/03/2008
Age : 36
Localisation : Au Paradis

MessageSujet: Re: L'Ecriture   Lun 7 Avr - 13:07

Ah merci pour la suite!!! Very Happy
Mais je lirai ce soir parce que là je vais bientôt devoir aller en cours!!! @_@

EDIT: Ouah c'est vraiment trop bien j'adore!!! Very Happy C'est super bien écrit en plus!!! O_O Et j'ai adoré le passage avec la petite fille!!! Twisted Evil

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shinwin.over-blog.com/
Algedi
Agent publicitaire
avatar

Messages : 728
Date d'inscription : 21/04/2008
Age : 42
Localisation : dans les étoiles (loin au dessus de la région parisienne)

MessageSujet: Re: L'Ecriture   Jeu 24 Avr - 21:34

Ouah ! c'est super bien écrit Very Happy
A part un petit problème avec les "é" et les "er", sinon c'est super Wink
J'adore ta façon de décrire les choses.
Bon ben voilà, j'ai des complexes maintenant Crying or Very sad
Je me sent tout petit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://algedi.over-blog.com/
Loïc
Agent publicitaire
avatar

Messages : 665
Date d'inscription : 08/04/2008
Age : 40
Localisation : Angers

MessageSujet: Re: L'Ecriture   Ven 25 Avr - 7:48

C'est vraiment bien écrit . J'aime beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ecriture   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ecriture
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ecriture en arc de cercle
» (Inkscape) Ecriture dans un rond
» Ecriture théâtre
» [REQUETE] Avis de recherche! Ecriture manuscrite
» ecriture avec taches

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Sceau de l'Ange :: Divers :: Votre Passion-
Sauter vers: